Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vivre avec une phobie

19 Novembre 2012 , Rédigé par Association Térapsy Publié dans #Pathologies

Une maladie entraînant un handicap parfois sérieux

Plusieurs types de phobies existent : les phobies spécifiques, l’agoraphobie rencontrée conjointement aux attaques de panique et les phobies sociales. Elles ont comme dénominateur commun la genèse d’une peur dans un contexte particulier, qui va engendrer à terme des réactions d’évitement et ainsi occasionner des conséquences sociales plus ou moins graves.

Les phobies spécifiques sont très communes (10 à 15% de la population) et correspondent à la peur devant un stimulus précis (animaux, voiture, avion, etc.). Plus on rencontre fréquemment l’objet de sa phobie et plus celle-ci est un handicap. Avoir peur des pigeons à Paris est plus handicapant qu’à Chamonix !

L’agoraphobie, quant à elle, est souvent une conséquence des attaques de panique. Elle consiste en la peur des grands espaces dans lesquels on se sent enfermé (espaces découverts, grandes surfaces, endroits publics, foules, transports en commun, etc.) Les attaques de panique (aussi appelées crises d’angoisses) sont des moments de paroxysme anxieux où l’on peut ressentir jusqu’à la peur de mourir, avec le cœur qui s’emballe et la respiration qui devient haletante et parfois l’impression de sortir de son corps et de se voir d’en haut. Leur répétition fréquente se nomme le trouble panique. Elles se déclenchent souvent dans les situations anxiogènes décrites dans l’agoraphobie et leur répétition entraîne l’évitement de ces situations pour anticiper et prévenir le risque d’attaque de panique. Un sacré cercle vicieux qui peut isoler et nettement compliquer la vie!

La phobie sociale correspond à la crainte d’être jugé négativement par les autres et se manifestera dans des situations d’interactions sociales, entre autre face à des figures d’autorité, du sexe opposé ou des inconnus plus généralement. La peur de rougir, de paraître ridicule, de trembler, de bafouiller fait souvent partie du tableau et les conséquences sociales et professionnelles sont souvent handicapantes.

Ainsi, bien que certaines phobies ne gênent pas trop la vie quotidienne, d’autres peuvent handicaper au point de ne plus pouvoir sortir de la maison.

Pour plus d’informations :

• Site de référence de l’anxiété : www.anxiete.fr

• Site de la haute autorité de santé :www.has-sante.fr Troubles anxieux graves

Coordonnées :

Soufiane CARDE

soufiane.carde@gmail.com

Chef de Clinique Assistant de psychiatrie et neuroanatomie

Hôpital de la Pitié-Salpêtrière

Faculté de médecine de PARIS VI

Vivre avec une phobie
Vivre avec une phobie
Vivre avec une phobie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

agoraphobie 17/11/2015 15:41

C'est vrai, le service de la Pitié Salpêtrière est très bien. Le service du professeur Rouillon à St Anne aussi.